Le chateau de Lormoy  

Gynécologie

spacer

> Bartholinite

Définition

La Bartholinite correspond à une infection aigue (ou abcès) de la glande de Bartholin.
Cette infection peut résulter de l’ascension de germes en provenance du vagin puis de leur remontée dans le canal excréteur de la glande ou de la glande de Bartholin provoqué par l’obstruction de son canal excréteur.
Elle peut survenir chez la femme, en cours de grossesse.

Symptômes

Une Bartholinite se manifeste par une tuméfaction douloureuse située dans l’épaisseur d’une grande lèvre, au niveau de sa partie postérieure, latéralisée.
La douleur est lancinante, et souvent associée à de la fièvre.
Cette « boule » très douloureuse apparaît en quelques jours.

Examen clinique

L’examen gynécologique retrouve une tuméfaction de plusieurs centimètres de diamètre, rouge, avec parfois écoulement de pus lorsque l’abcès s’est fistulisé (ouvert).
On peut également observer la présence de ganglions au niveau de l’aine.

Examen complémentare

Le seul examen à réaliser est un prélèvement bactériologique du pus contenu dans l’abcès (si écoulement ou au cours d’intervention).
Ce prélèvement permet de rechercher le germe responsable afin d’adapter le traitement antibiotique, et éventuellement un germe sexuellement transmissible.
Une Bartholinite bilatérale fait suspecter la présence d’un Gonocoque.

Evolution spontannée

L’évolution d’une Bartholinite est rapide.
En l’absence de traitement, l’abcès finit par fistuliser.
Dans de très rares cas, une Bartholinite peut évoluer vers un abcès pelvi-périnéal avec risque de septicémie (infection généralisée).

Traitement

Lorsqu’il s’agit d’un tout début de Bartholinite, un traitement antibiotique peut être tenté.
En cas d’évolution persistante sous antibiotiques, le traitement devient chirurgical.
Le traitement chirurgical doit être pratiqué lorsque l’abcès est « bien collecté ». Il s’agit d’une « incision-drainage » effectuée sous anesthésie générale. En phase aigue, la glande de Bartholin est généralement laissée en place, mais cette ablation devient indiquée en cas de récidive (cette exérèse sera réalisée « à froid » à distance d’un épisode infectieux).
Les principaux risques du traitement chirurgical sont : une importante réaction oedémateuse en post-opératoire, régressant spontanément ; une récidive (kyste ou nouvelle Bartholinite) ; une cicatrice vicieuse, pouvant être gênante lors des rapports sexuels.

Dernière mise à jour le 09/04/2010

 
Diagnostic Santé - Cancérologie - Cardiologie - Cataracte - Dialyse - Gastro-entérologie - Gynécologie - Hémorroïdes - Maternité - Néphrologie - Nutrition
Ophtalmologie - ORL - Orthopédie - Pneumologie - Soins de suite - Stomatologie - Sommeil - Stress oxydatif - Surdité - Urologie - Varices