Gynécologie

spacer

> Hystérectomie

L’hystérectomie consiste en l’ablation de l’utérus et a pour but de guérir certaines pathologies gynécologiques à l’origine de souffrance pour la femme.

Indications

L’hystérectomie est indiquée lorsqu’il n’existe pas d’autre alternative thérapeutique ou lors de l’échec de traitement médicamenteux.
Les principales indications sont représentées par : les fibromes utérins, l’adénomyose et l’endométriose lorsque ces dernières pathologies occasionnent des douleurs pelviennes, des règles abondantes ou douloureuses, des douleurs lors des rapports sexuels.
L’hystérectomie est également indiquée en cas de : cancer du col utérin, de l’endomètre, des ovaires ou des trompes utérines ; d’un prolapsus génital gênant (descente d’organes), d’une hyperplasie atypique de l’endomètre ou de complications hémorragiques d’un accouchement.

Différetes méthodes

L’hystérectomie peut être totale (ablation de tout l’utérus, y compris le col utérin), sub-totale (ablation seulement de l’utérus), radicale (hystérectomie totale avec ablation de la partie supérieure du vagin, des paramètres et des ganglions lymphatiques pelviens), avec annexectomie (ablation de l’utérus, des trompes utérines et des ovaires).
Une hystérectomie peut être pratiquée par 3 voies d’abord :

  • L’hystérectomie par laparotomie est réalisée par l’ouverture de l’abdomen sur 10 à 15 cm. La cicatrice peut être horizontale ou verticale. Elle est indiquée en cas d’utérus très volumineux, dans certaines pathologies malignes ou lorsque la voie vaginale est impossible. Cette technique nécessite une hospitalisation de 4 à 7 jours et un arrêt de travail d’1 mois.
  • L’hystérectomie vaginale est réalisée par les voies naturelles à travers une incision située au fond du vagin. Elle est indiquée en cas d’utérus de petite à moyenne taille, de prolapsus génital extériorisé (descente d’organes) et de pathologie plutôt bénigne. L’hospitalisation n’est que de 2 à 4 jours et l’arrêt de travail de 2 à 3 semaines.
  • L’hystérectomie coelio-vaginale débute par la coelioscopie puis le deuxième temps opératoire rejoint celui de l’hystérectomie vaginale. Cette technique est utilisée en cas d’utérus moyen ou lorsqu’une annexectomie est envisagée.

L’hystérectomie peut être réalisée sous anesthésie régionale ou loco-régionale.

Après l'intervention

Dans la majorité des cas les suites opératoires sont simples. Un petit saignement peut survenir dans les jours qui suivent l’intervention.
L’hystérectomie peut avoir des effets psychologiques du fait de l’absence définitive et irréversible des règles et de la possibilité de grossesse. S’il y a une ablation associée des ovaires, la femme sera alors ménopausée avec tous les troubles qu’occasionne cette période de la vie.
La surveillance et les règles d’hygiène sont également indispensables.

Dernière mise à jour le 09/04/2010

 
Diagnostic Santé - Cancérologie - Cardiologie - Cataracte - Dialyse - Gastro-entérologie - Gynécologie - Hémorroïdes - Maternité - Néphrologie - Nutrition
Ophtalmologie - ORL - Orthopédie - Pneumologie - Soins de suite - Stomatologie - Sommeil - Stress oxydatif - Surdité - Urologie - Varices