Gynécologie

spacer

> Hystéroscopie opératoire

Il s’agit d’une intervention chirurgicale permettant de traiter certaines anomalies de la cavité utérine par les voies naturelles.

Méthode

En hystéroscopie opératoire, il est toujours nécessaire de pratiquer une anesthésie générale ou loco-régionale (anesthésie péri-durale ou rachi-anesthésie), de dilater le col utérin par des dilatateurs chimiques (prostaglandines) souvent associés à une dilatation mécanique (bougies métalliques), d’utiliser des liquides spéciaux pour obtenir une irrigation ou une distension suffisante de la cavité utérine (qui devra être contrôlée tout le temps de l’intervention).

Indications

Les interventions chirurgicales qui peuvent être pratiquées par l’hystéroscopie opératoire sont nombreuses :

  • polypectomie (ablation d’un polype) de l’endomètre ou du canal cervical
  • myomectomie (ablation d’un fibrome sous-muqueux)
  • ablation d’un polype placentaire après un avortement incomplet, spontané ou provoqué
  • section de cloison (septoplastie hystéroscopique) en cas d’un utérus malformé, cloisonné
  • section de synéchies (adhérences) utérines ; métroplastie d’agrandissement (agrandir la cavité utérine) dans le cadre de la prise en charge des utérus distilbène et des utérus à capacité réduite par la présence de synéchies utérines
  • endométrectomie (ablation de la totalité de l’endomètre), dans le traitement des métrorragies persistantes, rebelles aux traitements et non dues à une endométriose, un cancer ou un état-précancéreux de l’endomètre
  • stérilisation par une nouvelle technique d’obstruction des trompes par dispositif intra-tubaire.

Précautions à prendre avant l'hystérectomie

Jusqu'à disparition des saignements de l’appareil génital la femme devra se reposer, renoncer aux rapports sexuels, ne pas utiliser de tampons vaginaux, éviter les bains.
Elle devra consulter rapidement en cas de :

  • métrorragies d’abondance supérieure à des règles,
  • fièvre supérieure à 38°
  • douleurs pelviennes (du bas ventre)
  • pertes vaginales malodorantes
  • douleurs d’un membre inférieur, douleurs thoraciques ou essoufflement inhabituel.

Dernière mise à jour le 09/04/2010

 
Diagnostic Santé - Cancérologie - Cardiologie - Cataracte - Dialyse - Gastro-entérologie - Gynécologie - Hémorroïdes - Maternité - Néphrologie - Nutrition
Ophtalmologie - ORL - Orthopédie - Pneumologie - Soins de suite - Stomatologie - Sommeil - Stress oxydatif - Surdité - Urologie - Varices